CRITIQUE COMMUNISTE, N°186, spécial Mai 68

Publié le par mai

couv-186.jpgCRITIQUE COMMUNISTE, N°186, spécial Mai 68
 


Ce ne pouvait être qu'un anniversaire de plus. Le quarantième. Les précédents ont tous été dominés par un certain ennui, étouffés par l'obligation de guetter la petite touche d'originalité dans le lassant équilibre entre nostalgie, repentance et réécritures... D'ailleurs, n'est-il pas dans la nature des résurgences de réfuter les prévisions et déjouer les artifices calendaires ? L'émotion de pouvoir nager plusieurs fois dans les eaux du même fleuve, ce sont les manifestations lycéennes de 1986, les cortèges de 1995 et 2003, le soulèvement anti-CPE de 2006 qui nous l'ont offerte...
Pourtant, cette fois, il se passe quelque chose. De toutes parts se sont ouverts des chantiers qui révèlent une perception nouvelle : 68, ce n'est pas seulement le joli mois de mai, mais les Années 68, ce n'est pas uniquement l'Hexagone, mais une vague mondiale, ce n'est pas simplement le soulèvement étudiant, mais d'abord la grève générale ouvrière, et le trésor accumulé en quelques semaines sans lequel le mouvement ouvrier et la société entière ne seraient en rien ce qu'ils sont... Comme si l'ampleur de l'expérience nécessitait un tel recul pour qu'on prenne la mesure de son importance.
Et, de plus, vint Sarkozy, prétendant attacher à son char de triomphe la dépouille de Mai 68 ! Tonitruant rappel à l'ordre qu'entre eux et nous la mésentente est toujours à l'œuvre. Et que Mai 68 est plus jeune que tous les apprentis croquemorts empressés à proposer leurs services dispendieux...
Avec le présent numéro, Critique communiste a l'ambition de participer à ce grand et beau retour vers Mai 68. Au centre duquel nous plaçons la grève, la grève ouvrière, la grève générale... Puisqu'il est impossible de l'embrasser, cet immense mouvement, nous sommes allés, modestement, à la rencontre de quelques acteurs de celui-ci, militants d'entreprises dont le nom fait encore écho. Et de ce brasier qui se révèle toujours vivant, nous rapportons quelques flammèches.
Ils et elles avaient vingt ans, découvraient le monde du travail et l'action militante... Une expérience inoubliable qui est leur partage allait bousculer le vieux mouvement ouvrier. Mais insuffisamment. Tel est la deuxième approche de ce numéro : la gauche, syndicale et politique, et 68...
Enfin, en contrepoint de cette dimension de classe, le rappel que Mai 68 fut aussi, non pas en plus, à côté, mais au cœur même de sa dynamique, une révolution culturelle...
Autant de thèmes, d'approches, d'interrogations qui ne sont qu'ébauches...
Confirmation, s'il en était besoin, qu'on n'en est qu'au début !
° Des articles porteurs d’éclairages divers sur Mai 68
(Daniel Bensaïd, Pascal Boissel, Gilles Bounoure, Andrea D’Urso, Michel Lequenne, Michael Löwy, Henri Maler, Francis Sitel, Pierre Zarka…)
 
° Mai 68, la grève au cœur…
Retour sur quelques entreprises phares en Mai 68, et après…
Entretiens avec des acteurs de l’époque : Chausson Gennevilliers, Chèques postaux Paris, Peugeot Sochaux, Renault Cléon, Rhodiaceta, Roussel Uclaf, Saviem Caen, Sud Aviation Nantes…
° Le mouvement ouvrier, le vieux que bouscule le neuf : La gauche en 68 (Jean-Pierre Debourdeau), un entretien avec René Mouriaux…

Commenter cet article