Une histoire du spectacle militant

Publié le par mai

CouvHistSpectacleMlitant-copie-3.jpgDe 1966 à la fin des années soixante-dix, de nombreuses expériences théâtrales et cinématographiques, inscrites au cœur des mouvements sociaux et politiques, ont revendiqué un clair dessein militant. Aux côtés ou au service, entre autres, du monde ouvrier, des immigrés, des prisonniers, des luttes d'émancipation, solidaires des combats de libération nationale, ces formes ont épousé les modes de contestation propres à cette époque, les idéologies et les espérances qui animaient les mouvements révolutionnaires. Il s'agissait alors de participer directement aux luttes, d'en être le reflet ou l'un des instruments, conformément en cela aux multiples manifestations artistiques militantes du XXe siècle.
Qu'elles soient l'œuvre de praticiens reconnus ou de collectifs stricto sensu militants, ces formes soumettant leur origine et leur finalité à une autre inspiration que celle de l'Esthétique ont souvent été (parfois à juste titre) contestées, caricaturées, rejetées en raison du simplisme et de l'amateurisme supposés de leurs expressions. Mais les réduire ainsi contribue à occulter, d'une part, tout un pan de l'histoire théâtrale et cinématographique et d'autre part la singulière expérience sensible, politique et artistique qu'induisent de telles manifestations. C'est, en outre, ignorer, les gageures formelles et les réponses apportées, dans l'urgence des luttes, à des questions parfois inédites.
Le présent ouvrage, publié à la suite du colloque Théâtre et cinéma militants (mai 2003), se propose de revenir sur cette histoire et ces esthétiques, cherche à appréhender et faire comprendre la richesse mais aussi les échecs de ces tentatives d'inscrire le théâtre et le cinéma dans les « bataille[s] du siècle » (A. Gatti).

 

CONTRIBUTIONS :
F. Albera (prof. d'hist. du cinéma, écrit sur le cinéma soviétique), C. Alranq (acteur de th. occitan, auteur, metteur en scène), J. Boal (travaille avec Ambaata, groupe de Th. de l'Opprimé), A. Benedetto (acteur, auteur, directeur du Th. des Carmes à Avignon), A. Pier-Chenot (metteur en scène et comédienne, co-auteur de pièces pour le Th. du Levant), G. Clancy (poète et prof. de philo), J. Cramesnil (ouvrage sur la Cartoucherie de Vincennes), A. Cuisset (recherches sur la scène américaine contemp.), B. Faivre (comédien et dramaturge au Th. de l'Aquarium, maître de conf.), J. de Faramond (thèse sur la revue Travail théâtral), D. Faroult (scénariste et réalisateur de plusieurs films autour de mai 68), H. Fleckinger (recherches sur le cinéma militant féministe, gay et lesbien), J. Kergrist (a créé le Th. National Portatif et son clown atomique), J.-M. Lachaud (doct. en philo., lettres et sciences humaines, prof. d'esthétique), S. Layerle (thèse sur les films témoins de Mai 68), G. Leblanc (prof. à Louis Lumière), O. Maillart (prof. agrégé, travaille sur les représentations du fascisme dans le cinéma italien), F. Matonti (prof. de science politique, travaille sur les intellectuels communistes et l'histoire sociale des idées), O. Neveux (maître de conf. en arts du spectacle, enseigne à l'ENSATT), H. Raymond (thèse sur Le cinéma politique en France), P. Tancelin (poète, prof. d'esthétique, auteur, comédien), L. Veray (maître de conf. en études ciném., président de l'Association française de recherche sur l'histoire du cinéma), E. Wallon (prof. de sociologie politique, rédacteur pour Temps Modernes et Etudes théâtrales).
ISBN : 978-2-912877-63-5
Prix public TTC : 30 euros
Format : 15 x 21cm, 464 page

Commenter cet article