La bande son de Mai 68

Publié le par mai

 

 

EXPOSITION

 

LA BANDE SON DE MAI 68

 

MaiRIE du 18ème - du 5 mai au 6 juin 2008






Le 40ème anniversaire du mois qui a bouleversé la France et d’autres pays du monde est l’occasion de faire un voyage dans le passé, à travers près de 100 chansons, pour découvrir ou retrouver la musique qui servait de toile de fond aux manifestations, barricades, grèves, occupations d’usine, mais aussi à l’intimité et à la vie privée.

 

La jeunesse était belle en 68, fière, utopiste et avait aussi un goût très sûr en musique !

 

L’année 1968 a vu une véritable explosion musicale dans le monde. Beaucoup de chansons d’alors sont devenues des classiques, et leurs interprètes, souvent, ont non seulement marqué leur temps, mais sont toujours aujourd’hui sur le devant de la scène.

 

Les chansons sont légères, émouvantes, politiques, graves. Certains mots claquent comme s’ils avaient été écrits aujourd’hui. D’autres nous emplissent d’une douce nostalgie. Vous pourrez découvrir des raretés, comme « Chère petite chose » de Baschung, qu’il écrivait encore avec un c en 68, ou encore une chanson complètement inédite de Renaud, « Crève salope », sa toute première chanson, écrite et chantée en mai 68 à La Sorbonne !

 

 

Le vernissage de l’exposition aura lieu

le lundi 5 mai à 19h à la Mairie du 18ème


LE DECOR

 

Un appartement type de mai 68

 

Un « panier à salade »

 

Des panneaux, des vitrines

 

Un coin archives télé : images d’actualité et aussi les Shadoks !

 

Un parcours ludique, LA BANDE SON DE MAI 68, a été imaginé avec la reconstitution de l’appartement d’une famille du 18e arrondissement, pour redécouvrir, à travers leurs chansons préférées, une époque,  au moyen d’un des arts les plus vivants et les plus représentatifs de ce qu’elle est : ses chansons.

 

 

LES PERSONNAGES

 

LE PERE  est ouvrier dans une petite usine en banlieue, il fait grève pour la première fois.

 

LA MERE est femme au foyer, est solidaire de son mari mais a peur pour lui. Dans leur cuisine en formica ils aiment écouter les tubes de 68, depuis Sheila « Petite fille de français moyens » jusqu’à Charles Aznavour « Emmenez-moi », en passant par « Riquita » de Georgette Plana.

 

Dans la salle de séjour, trône la télévision qui diffuse « Dim Dam Dom », la grande émission de variétés de l’époque. Le 14 avril, dernière émission avant  mai 68, avec entre autres, Joe Dassin « La bande à Bonnot », et aussi France Gall, ou Mireille Darc.

 

LEUR FILS a 26 ans, il est ouvrier chez Renault, militant communiste depuis 4 ans. Il est bien sûr en grève. Dans sa chambre il écoute aussi bien Jacques Dutronc « Il est 5 heures Paris s’éveille » que Steppenwolf « Born to be wild ».

 

SA SOEUR a 20 ans, elle est étudiante à la Sorbonne, fait partie du comité de grève. Elle écoute le premier 45t de Gérard Manset « Animal on est mal », ainsi que Françoise Hardy, ou « Dream a little dream of me » chanté par Mama Cass.

 

 

EXTERIEUR RUE

 

A l’extérieur  de l’appartement,  des affiches, un fil historique retraçant les événements de mai, et un point écoute avec toutes les chansons inspirées par mai 68, depuis Evariste jusqu’à « Street Fighting man » des Rolling Stones.

 

En prélude à  la visite de l’appartement, passage par le « panier à salade » pour écouter des témoins connus ou anonymes, parler de leur chanson préférée en 68.

On s’arrête ensuite devant un panneau de photos de bébés nés en 68 avec «What a wonderful world » de Louis Armstrong.

 

Un autre panneau propose des photos de mariages célébrés en 68 avec en fond sonore des bruits de rue, de manifestations.

 

La ballade continue avec des journaux, des tracts, des objets emblématiques, comme une grenade lacrymogène en face d’un cocktail molotov, associés à l’écoute de chants révolutionnaires, « L’internationale » évidemment, mais aussi « Bella Ciao » ou « Le temps des cerises ».

 

On arrive ensuite aux guitares, les mythiques Gibson et Fender avec écoute du « Voodoo chile » de Jimi Hendrix, qui montre encore aujourd’hui à tous les guitaristes ce qu’on peut faire avec une Stratocaster et une pédale wah wah !

 

 

LE COIN TELE

 

La visite de l’exposition se termine avec le coin archives télé issues du fonds INA :

 

-         des images des Actualités Françaises et du journal télévisé, en particulier le 20h du 13 mai 68, avec un présentateur à ne pas rater, le nez dans ses notes, listant les grèves qui paralysent le pays.

 

-          les Shadoks, qui, par l’intrusion de l’absurde dans le petit écran représentent parfaitement ce nouveau monde qui naît en France en 68. Nous proposons les 5 premiers épisodes, qui ont été diffusés du 29 avril jusqu’au 7 mai 68, les Shadoks, les Gibis, leurs « planètes qui ne marchent pas »…


UN FILM TOUS LES MARDIS EN MAI

 

Et aussi, chaque mardi du mois de mai, à 20h rendez-vous à la mairie pour un ciné-club, avec des exclusivités, des invités, pour finir en musique bien sûr avec une soirée Scopitones, un montage exclusif des meilleurs films de 1968.

 

Mardi 6 mai 

«  Autocritique 68/98 » de Marie-Claire Schaeffer (INA / France 2)

Avant-première :  « l’Etat d’Ames » de Eve-Patris SchaeffeR

Les enfants des témoins interviewés en 68, 78 et 98 s’expriment à leur tour.

Les Films d’un jour / DVD, sortie en mai, édité chez L’Harmattan.

èPrésenté par Eve-Patris Schaeffer

 

Mardi 13 mai 

« Luttes ouvrières en 68 », vues par Slon /Iskra

èPrésenté par Jacques Willemont, réalisateur et un représentant de Slon/Iskra

 

Mardi 20 mai 

Soirée Romain Goupil

« Mourir à 30 ans » (distribution MK2) + un film bonus très surprenant (issu du fonds INA)

èPrésentée par Romain Goupil

 

Mardi 27 mai 

« Mai 68 en scopitones »

èPrésentée par Alain Brunet et Pascal Forneri, réalisateurs de scopitones

En savoir plus : www.davisboyer.com et www.paris-premiere.fr

 

L’esprit de mai 68 souffle toujours en mai 2008. Ses valeurs sont toujours présentes aujourd’hui, dans la volonté de changer le monde pour le faire avancer. C’est bien le  propos de cette exposition, à travers une sélection de près de 100 chansons, un voyage dans le monde magique de la musique de 1968.

 

 

Conception : Marie Audigier pour ODJ Music, avec la complicité de Serge Hureau pour le Hall de la Chanson – www.lehall.com

 

 

INFOS PRATIQUES


Mairie du 18ème - 1, place Jules Joffrin

Métro Jules Joffrin (Ligne 12) / Station Vélib  n° 18025 : 81 rue Mont-Cenis

 



APPEL À DOCUMENTS

 

Dans le cadre de l’exposition LA BANDE SON DE MAI 68, qui aura lieu à la Mairie du 18e arrondissement de Paris, du 5 mai au 6 juin 2008, nous recherchons des documents et objets d’époque :

-         tracts, journaux et magazines originaux

-         pochettes de disques originales

-         affiches originales (musique et concerts, politique…)

-         photos de bébés nés en 1968 et de mariages célébrés en 1968 (si possible en mai)

-         objets divers

 

Si vous en possédez et que vous voulez bien nous les prêter le temps de l’exposition, merci de nous contacter :

Justine Ferrané / ADCEP – 21 rue de la Villette 75019 Paris – tel : 01 40 03 94 70 – email : labandesondemai68 (a) gmail.com

 

Commenter cet article