Mai 68 - Saint-Nazaire

Publié le par mai

Voix au chapitre - Soirée bavarde

avec

Jean-Pierre Duteuil

autour de son livre

Mai 68, un mouvement politique

mardi 13 mai 2008 à 20 h 30

Salle

Louis Scutenaire de la librairie Voix au chapitre

67 rue Jean Jaurès à Saint Nazaire

- 02 40 01 95 70

Des militants du mouvement du 22 mars

à Saint-Nazaire, en mai 68. Assis au premier

rang au centre, Jean-Pierre Duteuil.

R

éduit à une pure dimension culturelle (elle-même vidée de son contenu subversif) par ceux qui veulent éradiquer

toute idée de révolution et de critique du capitalisme, Mai 68 ne fut pas un accident de l’histoire sans

suites. Pour de nombreux ouvriers mai 68 commence dès 1966 avec les

révoltes à Caen, en Lorraine, à Fougères, à Redon ou à St-Nazaire ; avec un

mouvement paysan en pleine mutation qui redécouvre l’affrontement avec la

police ; avec un mouvement lycéen qui émerge plus d’un an avant les fameux

événements.

Sans en prévoir ni les formes ni le déroulement, il fallait être aveugle pour

ne pas voir que de grandes choses se préparaient. La France ne s’ennuyait

pas, la lutte des classes n’était pas rangée au rayon des antiquités, la classe

ouvrière n’avait pas fait ses adieux. Mai 68 ce furent aussi de nouvelles formes

d’organisation que l’on retrouvera tout au long des 40 années qui suivront : les

Comités d’action

 

Editions Acratie, 2008, 250 p. 23 euros.

J.-P. Duteuil fût l’un des fondateurs du Mouvement du 22 mars. Il a déjà publié en 1988 « Nanterre 65-68 vers

le mouvement du 22 mars ». Militant anarchiste dès les années soixante, il est de ceux et celles qui n’ont pas fait

leurs adieux à la révolution, et continuent à militer loin du serail politico-médiatique et mondain.

MAI

MAI 68 68

UN MOUVEMENT

POLITIQUE

Jean-Pierre Duteuil

Acratie

Le 10 mai 68, alors que le mouvement étudiant catalysé par le

Mouvement du 22 mars

 

22 mars renouent à Saint -Nazaire

avec leurs réseaux anarcho-syndicalistes, établis de longue date via

l’Ecole Emancipée

 

grève

générale

de l’histoire de ce pays qui démarrera le 13 mai...

Elle ne se terminera qu’en juin, grâce aux efforts conjugués de la bourgoisie

et de la gauche politique et syndicale qui préféraient la sécurité du

gaullisme aux incertitudes de la révolution.

Une attitude que l’on retrouve dans bien des luttes contemporaines...

 

, ou le syndicalisme ouvrier de Loire Atlantique.

Meeting aux Chantiers, sur la plage, réunions formelles ou spontannées...

Le «Mai étudiant» se ressource auprès de ses racines ouvrières,

révolutionnaires et libertaires, pour mieux aborder la plus grande

à la Fac de Nanterre déborde sur le pavé parisien

autour de la Sorbonne, des militants du

, avec la volonté d’autonomie et la défiance vis-à-vis des

structures syndicales et politiques.

Autant dire qu’après les luttes et les expériences de l’hiver 2007 cela est

toujours d’actualité ! Mai 68 ouvre une période de « divorce entre la classe

politique, les medias, les intellectuels d'un côté et la société civile de l'autre »,

comme ils disent. Eh bien tant mieux !

Publié dans A voir - débats

Commenter cet article